Bizarrement, on ne voit personne
Bizarrement, on ne voit personne

    Les « Champs Elysées » de Naha :

    « Kokusai dôri »

   Si vous arrivez de l’aéroport par le monorail de Naha, vous ne apercevrez que subrepticement cette avenue. Vous en verrez la fin depuis la gare Kenchômae, vous en apercevrez un petit bout depuis Miebashi et pour finir vous passerez juste au dessus en arrivant à Makashi, où selon l’heure de vôtre arrivé (je parle de l’après midi, du moins en ce qui concerne les mois d’octobre/novembre), vous serrez éblouie par le soleil. Vous aurez besoin d’une bonne partie de l’après midi pour jouir de cette avenue.


    Vous aurez le choix soit de vous orienter vers la passerelle donnant sur le récent centre commercial, abritant également une bibliothèque, soit vous dirigez vers les escaliers pour déboucher enfin sur Kokusai Dôri, à votre gauche et être non plus éblouie par le soleil mais par la centaines de magasins et leur milliers de « babioles » étant pour la plupart liées à Okinawa : shima zôri, shîsâ, awamori, habushû, T-shirt aux inscriptions dans la langues d’Okinawa et bien évidement des Kariyushi. Et pour certain de ces objets on les trouves par centaines. Bien sur il n’y a pas que des magasins de souvenir on peut aussi trouver de rare café ou glacier, bien évidement des combini mais ce qui nous intéressera un peu plus ce sont les différents restaurant aux décors parfois insolites, où l’on peut déguster la cuisine d’Okinawa : du goya chanpuru ou encore un râmen à la viande de chèvre.


    Et cela (tout du moins pour moi) est encore meilleur lorsque vous dégustez votre repas ou votre verre d’awamori en prenant place dans un restaurant où ce joue de petit concert live de Sanshin en soirée. Il y en à un peu moins d’une dizaine sur kokusai dôri mais vous pouvez en trouvez d’autres dans les alentours qui pour certain, où si vous le désirez  et peu importe vôtre niveau, vous pourrez prendre en main un des Sanshin, monter sur scène et jouer votre morceaux préférer. Si vous n’avez pas assez confiance en vous le maître des lieux vous accompagnera certainement. Sinon laissez vous portez par cette musique et profitez des chanson pour le plus souvent entraînante.


   Faites attention tout de même, le dernier passage du monorail est aux environs de minuit mais au cas où, la nuit, la rue est peuplée presque uniquement de taxi ; en sortant du restaurant il y en à certainement un qui vous attendra la porte ouverte. Je vous souhaite une bonne nuit.

S.