Cuisine 琉球料理・沖縄料理

Les échanges avec la Chine, l'Asie du Sud-Est ou la péninsule coréenne qui remontent à des temps anciens ont influencé également les habitudes alimentaires d'Okinawa. La Chine plus particulièrement a laissé une trace importante dans la cuisine locale, avec de nombreux plats de viande, notamment de porc, au point que l'on dit qu'un repas d'Okinawa commence avec du porc et se termine avec du porc! Toutes les parties de l'animal sont cuisinées, y compris les abats, les oreilles, les pieds ou encore le sang, avec des recettes variées et des repas très complets. Aujourd'hui, les gens d'Okinawa ont adopté un régime alimentaire qui combine cette cuisine traditionnelle à des plats venus du Japon et des Etats-Unis.

Les personnes âgées d'Okinawa disent dans leur dialecte que la nourriture, c'est un "kusuimun" (médicament) ou un "nuchigusui" (remède de vie). En effet, traditionnellement, on mettait l'alimentation au même niveau que les médicaments, comme un moyen de guérir des maladies ou des faiblesses. Dans leur régime alimentaire, on retrouve des ingrédients diététiques variés, comme des herbes médicinales ou des algues, incluses dans différentes recettes cuisinées au quotidien. Ce serait le secret de la longévité des gens d'Okinawa, réputés pour avoir la plus longue espérance de vie au monde.

Il existe deux types de cuisine traditionnelle à Okinawa, qu'on appelle aujourd'hui globalement “cuisine des Ryûkyû” : celle qui était servie autrefois à la Cour du château de Shuri, et celle du peuple. La première fut influencée par le raffinement gastronomique de la Chine ou du Japon, tandis que la cuisine populaire est basée sur l'ingéniosité de gens pauvres, qui devaient éviter tout gaspillage tout en offrant une nourriture riche remplissant les estomacs.